Alizée Dubois, jeune chercheuse, reçoit une bourse "L'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science" 2019

Distinction

Alizée Dubois, post-doctorante au Laboratoire de Physique de l'ENS de Lyon, est lauréate d'une bourse L’Oréal-UNESCO "Pour les femmes et la science" pour ses recherches en modélisation sismique. Créée il y a douze ans en partenariat avec l'UNESCO et l'Académie des Sciences, cette bourse vise à apporter un soutien spécifique aux femmes dans la recherche scientifique.

Alizée Dubois
©Julien KNAUB / L'Oréal

Alizée DUBOIS

Post-doctorante au Laboratoire de Physique de l'ENS de Lyon (CNRS/ENS de Lyon/Université de Lyon 1).

"A l'origine des séismes"

Agrégée en physique et titulaire d’un doctorat en physique au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), Alizée Dubois concentre aujourd’hui son travail de recherche sur la modélisation en laboratoire des tremblements de terre.

Si les phénomènes de séismes sont connus depuis des millénaires, les modèles sismologiques actuels sont complexes et difficilement prévisibles. En outre, il est impossible de placer des instruments de mesure au niveau de leur épicentre, situé à plusieurs kilomètres sous la surface de la terre, d’où l’intérêt du travail en laboratoire qui permet de donner des informations complémentaires ou innovantes en comparaison de celles récupérées habituellement par des études classiques de sismologie.

C’est le processus de rupture sismique qui est aujourd’hui au centre de la recherche d’Alizée Dubois. Elle s’intéresse particulièrement à la nucléation de la fracture, c’est-à-dire à l’initiation de la fissure au sein de l’interface entre deux plaques tectoniques, soit la genèse même du tremblement de terre, ainsi qu’à la propagation des ondes sismiques qui, une fois arrivées au niveau du sol, peuvent avoir des conséquences dramatiques. Elle a donc mis en place, en laboratoire, une expérience qui sert de modèle de rupture entre deux blocs de polymère transparent, qui permet une imagerie en temps réel capable de mimer le mouvement des plaques tectoniques auquel elle peut appliquer des déplacements finement maîtrisés. La géophysicienne mesure ainsi les contraintes appliquées aux matériaux, pour décrypter les forces de frottement à l’origine de la naissance des séismes.

La finalité de la recherche menée par Alizée Dubois est d’arriver à mieux comprendre l’amorçage de la source sismique, la dynamique des tremblements de terre et peut-être d’un jour d’anticiper le déclenchement de séismes pour pouvoir ainsi se prémunir au mieux de leurs conséquences.

 

Pour en savoir plus sur la bourse L’Oréal-UNESCO 

Pour en savoir plus sur les vingt-quatre lauréates CNRS 2019

 

Contact

Communication INP