Analyse conformationnelle par spectroscopie UV : comment utiliser les champs électriques internes aux molécules pour connaitre leur structure

Résultat scientifique

Une équipe de chercheurs du Laboratoire interactions, dynamiques et lasers (LIDYL, CNRS/CEA) a développé une nouvelle approche qui facilite l’interprétation des spectres UV qui résultent de l’absorption de la lumière par les groupes moléculaires appelés « chromophores ». Basée sur la corrélation entre les raies composant ces spectres et les champs électriques produits par l'environnement sur les chromophores, cette nouvelle approche montre comment il est possible d’utiliser ces champs électriques pour l'analyse conformationnelle, avec une précision de quelques cm-1  et pour un effort de calcul relativement modeste.

Pour en savoir plus rendez-vous sur le site de l’Institut rayonnement-matière de Saclay (Iramis) du CEA

 

Image retirée.
Représentation schématique des paires d’ions étudiées, (Ph-(CH2)n-CO2-, M+) où M est un cation alcalin et n=1, 2 ou 3. Le groupement phényle (chromophore UV) est plongé dans le champ électrique (de l'ordre du GV m–1) produit par la chaine (-(CH2)n-CO2-, M+). Le spectre UV du chromophore est sensible aux variations de champs électriques (effet Stark) induites aussi bien par un changement de la nature du cation, que par un changement de conformation de la chaîne flexible (-(CH2)n-CO2-, M+).

 

Référence

Conformational analysis by UV spectroscopy: the decisive contribution of environment-induced electronic Stark effects, 
J. Donon, S. Habka, M. Mons, V. Brenner & E. Gloaguen, publié dans Chem. Sci. le 05 janvier 2021. 
DOI : doi.org/10.1039/D0SC06074G

Contact

Eric Gloaguen
Chargé de recherche au CNRS, Laboratoire interactions, dynamiques et lasers
Communication INP